La vermifugation fréquente a été identifiée comme étant le plus important facteur de risque d’apparition d’une résistance.2

Pourtant, cela semblait être une bonne idée à l’époque!

Les programmes de vermifugation à intervalles fixes sont utilisés, sous une forme ou une autre, depuis longtemps. En fait, depuis des décennies.

Lorsqu’ils ont été proposés, ces programmes de vermifugation à dates fixes étaient considérés comme les meilleurs, d’après les connaissances, les pratiques éprouvées et les conditions de l’époque. À ce moment :

  • les chevaux étaient fortement parasités, parce que la vermifugation était une pratique nouvelle;
  • les chevaux n’étaient pas vermifugés aussi souvent qu’à l’heure actuelle;
  • on croyait alors qu’il était possible – et désirable – d’éliminer tous les parasites hébergés par un cheval donné.

Ce que nous avons appris depuis...

  • Tandis que l’emploi (pas toujours judicieux) des vermifuges augmentait, des problèmes de résistance aux antiparasitaires ont commencé à apparaitre dans certaines populations de parasites équins.
  • La résistance est une menace réelle à l’efficacité des vermifuges actuels.
  • La vermifugation fréquente a été identifiée comme étant le plus important facteur de risque d’apparition d’une résistance2.
  • L’emploi moins fréquent et plus sélectif des vermifuges semble être la seule façon de préserver la valeur des antiparasitaires actuels et de ralentir l’apparition de résistances chez les parasites équins.

C’est le temps d’opter pour la vermifugation stratégique.

 

2. Peregrine, A.S. « Deworming programs for horses: Are we doing more harm than good? », Large Animal Veterinary Rounds, Department of Large Animal Clinical Sciences of the Western College of Veterinary Medicine, University of Saskatchewan, vol. 5, n° 6 (juin/juillet 2005).