Qu’est-ce que la vermifugation stratégique?

La vermifugation stratégique est une nouvelle approche qui aide à ralentir l’apparition de la résistance des parasites tout en offrant aux chevaux la protection dont ils ont besoin pour une santé et une performance optimales.

En optant pour la vermifugation stratégique, on réduit la fréquence de vermifugation chez un pourcentage significatif de chevaux d’une ferme donnée (en déterminant d’abord les comptes d’œufs dans les matières fécales).

L’adoption de bonnes pratiques de régie des animaux et des pâturages visant à réduire le risque de contamination et de réinfection joue aussi un rôle essentiel dans la lutte contre les parasites internes.

 

En matière de gestion des parasites, la « tolérance zéro » (c’est-à-dire chercher à éliminer complètement tous les parasites hébergés par un cheval donné) n’est plus un objectif réaliste, surtout quand on sait que la résistance des parasites équins aux vermifuges usuels est de plus en plus fréquente.

Les nouvelles connaissances nous obligent à changer nos habitudes de vermifugation et à adopter une approche fondée sur des données scientifiques et quelques principes clés.

Vermifugez en fonction des résultats du compte d’œufs dans les matières fécales
  • Pourquoi vermifuger systématiquement tous les chevaux sans même vérifier s’ils sont infectés?
  • Ne fondez pas vos décisions relatives à la vermifugation sur un critère aussi arbitraire que le calendrier. Évaluez d’abord la charge parasitaire de votre cheval, en demandant à votre médecin vétérinaire d’effectuer un compte d’œufs dans les matières fécales.
  • Votre médecin vétérinaire pourra ensuite recommander les vermifuges appropriés, d’après leur efficacité contre les parasites particuliers qui infectent votre cheval.
Ne favorisez pas la résistance
  • Souvent, la vermifugation fréquente planifiée tue tous les parasites sensibles au médicament et ne laisse que les parasites qui y sont résistants.
  • Chaque vermifugation risque d’accroître la proportion de parasites résistants, ce qui pourrait compromettre l’efficacité des trois classes de vermifuges actuellement offertes.
  • La diminution de la quantité de médicaments qu’on utilise aide à préserver la « population refuge », c’est-à-dire la proportion de la population de parasites qui n’a jamais été exposée au vermifuge, et réduit la pression de sélection qui favorise la résistance.
Sachez reconnaître la résistance
  • Effectuez un nouveau compte d’œufs dans les matières fécales deux semaines après la vermifugation, pour évaluer l’efficacité du traitement et détecter tout problème de résistance.
  • La diminution du nombre d’œufs par gramme de fumier à laquelle vous pouvez vous attendre dépend de la classe de vermifuge utilisée.
  • Votre médecin vétérinaire peut déterminer l’efficacité du traitement et détecter une résistance potentielle à un vermifuge particulier d’après de la diminution du nombre d’œufs dans les matières fécales.
Ne traitez pas tous les chevaux de la même façon
  • La capacité de combattre les parasites varie beaucoup d’un cheval à l’autre.
  • Certains chevaux semblent avoir un système immunitaire plus efficace que d’autres pour maîtriser les parasites. En raison de leur faible charge parasitaire, ces animaux sont considérés comme étant
    « faiblement excréteurs ».
  • D’autres chevaux sont génétiquement plus sensibles aux parasites. Ainsi, ils excrètent plus d’œufs dans leur fumier, et sont considérés comme étant « fortement excréteurs ».
  • On estime que 20 % des chevaux pourraient héberger plus de 80 % de tous les parasites d’un troupeau3.
  • On croit qu’une faible proportion des chevaux (20 %) pourrait être responsable de la majorité de la contamination des pâturages par des œufs de strongles3.
  • Le contrôle des parasites chez ces animaux peut avoir un impact majeur sur le risque d’infection du troupeau entier.
Préservez la
« population
refuge »
  • Apprenez à tolérer le parasitisme à un certain degré.
  • Les chevaux n’ont pas besoin d’être totalement exempts de parasites pour être en bonne santé – leur système immunitaire peut contrôler une charge parasitaire légère.
  • La préservation de la « population refuge » aide à prévenir la résistance en diluant les parasites résistants dans la population générale de parasites.
Consultez votre médecin vétérinaire
  • Votre médecin vétérinaire peut vous renseigner sur l’analyse des matières fécales et l’efficacité des médicaments et vous aider à élaborer un programme de vermifugation stratégique qui répond aux besoins particuliers de votre cheval.
 

La vermifugation stratégique en un coup d'oeil

3. Reinemeyer, C.R. « Controlling Strongyle Parasites of Horses: A Mandate for Change. »
AAEP Proceedings (2009), vol. 55, p. 352-360.

La règle 20/80
de la gestion des parasites

Saviez-vous qu’aussi peu que 20 % des chevaux d’un troupeau…


... peuvent héberger plus de 80 % de tous les parasites3?